head_02 Folio_download Recherche.pdf Bio_CV
 
PROJETS RECHERCHE BIO YAN BREULEUX CONTACT SPACER BLOG Facebook Vimeo Flickr FR_ENG
 
 
banner_01
space_banner

Enigma
Tempêtes 360°
White Box Game
Vj Graph
Tempêtes Mapping
Tempêtes HD
White Box PHOS
White Box SCAN
Métamorphose
Planétarium EXO
Ambiances
Pixels de vie
White Box Nuit 3D
White Box Gaîté
White Box Place des arts
ABCD Light INDAF
White Box Scopitone
60 ans Orford
Études Tempêtes
Faustechnology HD
Ubiquité
ABCD light
Dream| mersion
Fab Numérique FNC
Fab Numérique TOT
Ars Natura
Black Box Open
Black Box
Faustechnology
Re generation
Monochrome bleu
NeverEndinSgtories
Vector Feedback
Vjing
ECM
Roboten Ballet

 

Black Box | 2003-09
ligne

Le terme Black Box sert tout d’abord à décrire un procédé de conservation de l’information lors de catastrophes aériennes, mais il peut contenir un sens plus large. En cybernétique, le terme illustre un principe de communication. La boîte noire est la métaphore du cerveau humain. Afin de saisir le comportement d’un humain ou d’une machine il suffit d’analyser les différences entre les inputs et les outputs. Le projet Black Box prend une autre approche, il ouvre la boîte et rend visible le fonctionnement chaotique de la communication cybernétique.

Techniquement, l’installation est constituée de quatre écrans disposés en forme de cube (CAVE) et d’un système de sonorisation quadraphonique dans lequel les spectateurs sont invités à pénétrer.

panorama_bbox

Le projet repose sur l'utilisation des éléments de base du rythme pictural et sonore. Il vise la plus grande complexité d'informations avec le minimum d'éléments. En accord avec les principes du duo, le langage de Black Box débute par une proposition simple (lumière vidéo et sons tramés) qui évolue vers un discours visuel et sonore complexe. Les spectateurs, englobés dans un univers vidéo musique immersif, sont forcés de choisir leur perspective. Que l’on soit à l’extérieur ou à l’intérieur de la boîte, chaque performance et chaque expérience est différente de la précédente. Le spectateur, plongé dans un univers abstrait, construit son propre point de vue, tant sur le plan du panorama que de sa perception de l’oeuvre. separator

Crédits
separator
Musique : Alain Thibault
Visuels : Yan Breuleux
Programmation : Luc Lavergne
Remerciements : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des arts du Canada,
separator

 

spacer  
  ill_01
spacer
   
spacer ill_01
spacer Usine C, Festival Elektra, 2003
   
  ill_01
spacer  
   
  ill_01
spacer